Un point de vue médical sur la cigarette électronique

Pour une information complète sur nos e-liquides 100%VG fabriqués selon des standards pharmaceutiques, avec des ingrédients conformes à la pharmacopée européenne et sans propylène glycol (sans PG), visitez cette page

 

Le rapport commandé par la ministre de la santé sur la cigarette électronique est maintenant public =>

 

Analyses et tests

conférence internationale d'harmonisation pour une meilleure santé

Analyse de la vapeur

Il y a eu des inquiétudes concernant la santé avec la vapeur créée par les cigarettes électroniques et une incertitude de ce qui arrive aux « e-liquides » une fois vaporisé. La société a conduit des analyses de vapeur d’ECOpure® utilisé avec l’Intellicig® avec des méthodes utilisées par la FDA (Food Drug Administration). Une chromatographie en phase gazeuse couplé à la spectrométrie de masse (GCMS) a  également été conduite par un laboratoire indépendant sur la vapeur d’ECOpure®. Les résultats des analyses n’ont montré aucun signe de produit chimique nocif et aucune réaction de la nicotine avec les ingrédients d’ECOpure®. Les résultats ont montré que la vapeur contient les mêmes ingrédients qu’ECOpure® dans sa forme normale.

Tests de stabilité

Intellicig a conduit des tests de stabilité en suivant les préconisations de la conférence internationale d’harmonisation (ICH) pour les tests de stabilité. A la différence des autres producteurs de préparations nicotiniques, Intellicig s’est focalisée sur la technique de production plus que sur l’ajout d’additifs et de conservateurs pour améliorer la durée de vie des produits. Intellicig pense que la sécurité des consommateurs est la priorité et que l’ajout de conservateurs n’est pas nécessairement la première étape afin d’augmenter la durée de vie des produits.

Tests sanguins

En conduisant des tests sanguins pour déterminer la sûreté des produits, Intellicig reste un pionnier dans la recherche. Intellicig emploie un phlébotomiste pour assister tous les tests de cette nature. Intellicig a travaillé avec un laboratoire leader au Royaume-Uni pour déterminer les niveaux de nicotine délivrés par l’Intellicig. Ces tests sont essentiels pour assurer aux consommateurs qu’ils ne soient pas mis en danger par des taux de nicotine excessifs. Intellicig a conduit des essais sur des groupes tests avec une variété de liquides ECOpure® pour établir les limites saines d’utilisation. Les résultats se sont montrés très prometteurs pour Intellicig. 

Articles médicaux

Ci-dessous, vous retrouverez une sélection d'articles sur la cigarette électronique et la santé. Pour résumer ce que vous pourrez lire, l'e-cigarette est  moins nocive que la cigarette traditionnelle. Elle est même recommandée aux fumeurs ayant déjà essayé d'arrêter sans succès avec les aides au sevrage tabagique. Elle permet également une nette diminution de la consommation de cigarettes traditionnelles selon le docteur Siegel. Bonne lecture...

 L'usage de la cigarette électronique permet une forte diminution du tabagisme...
chez 72% des fumeurs selon une première étude menée en France sur ce dispositif

L'absence d'études cliniques relatives à la cigarette électronique ne permet pas son homologation comme "produit de santé" pour la cessation ou la réduction du tabagisme. De nombreux fumeurs l'ont toutefois adoptée dans ce but. Aussi le Comité Départemental des Maladies Respiratoires du Département de Dordogne (France) a souhaité observer les usages de la cigarette électronique en liaison avec le Centre d’examens de santé de Périgueux. Il s'agit de la première étude d'ampleur sur ce produit publiée en France.

Cent fumeurs déclarant ne pas souhaiter cesser le tabagisme dans l’immédiat ont accepté d'utiliser une cigarette électronique durant trois mois. La consigne était de 'vapoter' à la place de fumer, éventuellement en alternance. Parmi eux, 74 ont respecté le protocole d'observation durant les 3 mois prévus. Parmi ces 74 participants, 53 (72%) ont fortement diminué leur consommation de cigarettes et 8 (11%) ont totalement arrêté de fumer. Le reste des vapoteurs a déclaré avoir réduit de moins de 50%.

La cigarette électronique a été bien acceptée, tant par les participants que par leur entourage familial, en public ou au travail. Les deux tiers des vapoteurs constatent des effets positifs sur leur santé ; 15 % ont signalé des désagréments (bouche, lèvres ou gorge irritées). Un bilan à six mois est en cours.

Bien que réalisée avec des moyens limités, cette première étude menée en France confirme le potentiel de la cigarette électronique pour la protection de la santé des fumeurs, qu'ils envisagent - ou non - de cesser le tabagisme.

« On ne peut à la fois reconnaître que le tabac est la première cause de décès évitables et ne faire aucune étude sur la cigarette électronique, plébiscitée par des millions d’utilisateurs soucieux de leur santé » déclare Dr Jacques Granger, président du Comité Départemental des Maladies Respiratoires de Dordogne. Cette observation effectuée sur cent vapoteurs permet d’envisager d’autres études plus approfondies. Les volontaires ne manquent pas et il a été observé sur trois mois des indices favorables d’amélioration de leur état de santé sans aucun problème significatif.

Communiqué de Presse du Comité Départemental des Maladies Respiratoires de Dordogne - Périgueux, le 5 décembre 2012.
Reproduit avec l'aimable autorisation de M. Luc Dussart (association unairneuf.org)

 La cigarette électronique selon le Dr Chris Steele

Apparu récemment dans un show TV similaire à Télé Matin sur la chaîne ITV1 (GB), le Dr Chris Steele connait les produits Intellicig®, et est très impatient à l'idée de voir Nidadex, le dispositif électronique similaire à notre e-cigarette Intellicig® qui verra le jour très prochainement. Le dispositif Nicadex® est une nouvelle variante de la compagnie qui pourra aider à arrêter le tabac après avoir obtenu la licence.

Le Dr a commenté : "Je suis très encouragé par le potentiel de l'inhalateur électronique étant développé par CN Creative (Intellicig® est une filiale) qui ne produit ni tabac et ni fumée et qui est un remplacement aux aides au sevrage tabagique traditionelles. C'est un produit qui a un format largement acceptable pour les fumeurs."

Si il est approuvé, le dispositif Nicadex® sera une addition de choix à la panoplie des aides au sevrage tabagique, qui réduira immédiatement les dommages causés par le tabac et qui permettra aux fumeurs d'arrêter complètement. CN Creative met l'accent sur les tests cliniques, les revues médicales et les services de support (autres filiales telles que NRT, Quit Direct...). Le Dr Steele se dit "impatient de voir les résultats des tests que la compagnie est en train de mener et qui devraient paraître d'ici la fin de l'année en vue d'obtenir la licence".

 Vous découvrirez le Dr Steele expliquant le concept de la cigarette électronique Intellicig (anglais).

Dr Steele e-cigarette       

Trés bon article de la part du Professeur Molimard

 La cigarette électronique selon Jacques Le Houezec

Jacques Le Houezec est vice-président du Comité national contre le tabagisme, l’association française équivalente de ASH (Action on Smoking and Health ou Action pour le tabac et la santé). Il partage cette approche très pragmatique des experts britanniques qui pensent que la cigarette électronique doit être encouragée car elle est moins nocive que la cigarette. Un autre article avec le point de vue du docteur West est également disponible sur le blog de M. Le Houezec. Il y explique que le taux de mortalité des fumeurs, si tous passaient à la cigarette électronique, serait réduit drastiquement!

 Le docteur Keith Ablow recommande la cigarette électronique pour les fumeurs qui ne sont pas arrivés à quitter en utilisant les autres méthodes.

Dr Siegel e-cigarette

Dr Siegel

Docteur Keith Ablow, un psychiatre notoire qui est un journaliste médical pour Fox News, a publié un article la semaine dernière dans lequel il recommande la cigarette électronique en tant qu’aide à l’arrêt du tabac pour ceux qui ne sont pas arrives à quitter en utilisant les autres méthodes.

Docteur Ablow écrit : « Plusieurs de mes patients m’ont rapporté qu’ils avaient réussi à arrêter de fumer grâce à la cigarette électronique, je recommande à présent ces appareils à n’importe qui ayant essayé d’arrêter sans succès. Et je pense qu’il est temps que d’autres docteurs fassent de même. »

Docteur Ablow commente également que la cigarette électronique apparait être efficace pour plusieurs fumeurs : « La raison pour laquelle mes patients me disent que l’e-cigarette est plus efficace que le patch ou les gommes nicotinées est qu’elle simule le fait de fumer, mais pas parfaitement. Ce sont des substituts suffisamment bons à la vraie cigarette, mais pas assez bons pour devenir une addiction en soi. Une analogie avec la nourriture serait quelque chose à basse calorie qui vous remplirait assez pour vous éviter de grignoter, vous donne de la distance par rapport à l’addiction, mais serait vite oublié car ce n’est pas vraiment contraignant. Bien sûr, il est impératif que l’e-cigarette soit un assez bon substitut. »

Reconnaissant qu’il y a des dangers potentiels pour la santé, docteur Ablow souligne que ces produits sont indéniablement plus sûr que le tabac : « Il y a sûrement des controverses sur le fait que l’e-cigarette est sans danger. Les critiques notent qu’elle contient de la nicotine, bien sûr (c’est bien là l’idée après tout). Les critiques ont également trouvé d’autres substances dans la vapeur produite par l’e-cigarette – même des substances cancérigènes, mais en une infime proportion que les défenseurs de ces appareils revendiquent qu’elles n’ont aucun effet négatif du tout sur le bien être. Ce que personne n’a l’air de critiquer est que les cigarettes électroniques, peu importe la marque, sont loin d’être aussi nocives que les vraies cigarettes. Elles permettent d’éviter plus de 4000 toxines présentes dans la cigarette. »

Docteur Ablow conclut : « Selon mon expérience et après avoir discuté avec plusieurs confrères, il semblerait être le bon moment pour conduire une large étude clinique dans laquelle des patients fumeurs se voient donner une e-cigarette par leur docteur, ce dernier les encourageant à l’utiliser afin de réduire la consommation de tabac. Si les données générées sont en faveur du produit, alors il serait sage que des sociétés médicale d’assurance offre des cigarettes électroniques aux fumeurs gratuitement. Je parie qu’elles économiseraient largement par rapport aux couts des traitements du cancer et des maladies cardiaques. »

Le reste de l’histoire

Il est rassurant de lire un article exhaustif, équitable et avec une perspective basée sur des faits sur le rôle potentiel de la cigarette électronique dans le contrôle du tabac, plus que le genre d’article partial, idéologiquement étroit et scientifiquement mal guidés contre la cigarette électronique, que l’on voit trop de la part des avocats anti tabac.

Il semble au-delà de toute argumentation que les cigarettes électroniques devraient être recommandées comme une option pour les fumeurs voulant quitter et n’ayant pas réussi avec les méthodes traditionnelles. Pourquoi les avocats anti tabac n’encourageraient pas ces fumeurs là à arrêter de fumer en utilisant un appareil qui s’est montré efficace pour des dizaines de milliers de gens.

Comme le souligne Ablow, les cigarettes électroniques occupent une niche parfaitement située : elle recrée assez bien la gestuelle de la cigarette pour être une alternative efficace pour les fumeurs essayant de quitter, mais pas une option assez similaire pour attirer les jeunes.

Des études cliniques à grande échelle sur la cigarette électronique devrait être une priorité pour les instituts nationaux de santé et autres agences gouvernementales.

Traduction de l’article du Dr Siegel (notre mentor) paru le 4 février 2013.

De nouveaux rapports d'études sur le doublement de la réduction moyenne de la consommation de cigarettes chez les utilisateurs de cigarettes électroniques dans une enquête internationale.

Un rapport d’étude publié ce matin par le journal américain de la médecine préventive montre que l’usage des cigarettes électroniques est associé à une réduction significative de la consommation de cigarettes.

L'étude a examiné les réponses au sondage de 5939 fumeurs et anciens fumeurs aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et au Canada. Les personnes interrogées ont répondu sur les sujets de l’utilisation de cigarettes électroniques, le tabagisme, et les raisons pour essayer la cigarette électronique. En outre, un aspect longitudinal de l'étude a examiné les habitudes tabagiques chez les utilisateurs de cigarettes électroniques et les non-utilisateurs de la vague 7 de l'enquête (menée d’octobre 2008 à juillet 2009) par rapport à la vague 8 (juillet 2010 à juin 2011).

Parmi les utilisateurs de cigarettes électroniques interrogés aux vagues 7 et 8, le niveau moyen de la consommation de cigarettes a chuté de 20 cigarettes par jour à 16 cigarettes par jour, soit une réduction d'environ 20%. Parmi les non-utilisateurs, la consommation a chuté d'une moyenne d'environ 17 cigarettes par jour à 15 cigarettes par jour, soit une réduction d'environ 12%. Ainsi, les cigarettes électroniques ont suscité environ deux fois le niveau global de réduction de la consommation de cigarettes comparé à la non utililsation.

L'étude rapporte que 11% des utilisateurs de cigarettes électroniques ont arrêté de la vague 7 à vague 8, mais il n'est pas possible de comparer à la proportion de non-utilisateurs qui cessent de fumer parce que ce chiffre n'est pas donné dans le document.

Peut-être le résultat le plus important de l'étude est que l'écrasante majorité des utilisateurs de cigarettes électroniques (85%) ont déclaré avoir utilisé ces produits dans une tentative pour arrêter de fumer. En outre, 75% des utilisateurs ont déclaré qu'ils avaient essayé le produit pour les aider à réduire le nombre de cigarettes fumées, et 80% ont déclaré avoir utilisé les cigarettes électroniques pour réduire les effets nocifs du tabac.

L'étude conclut: «Parce que les essais ont été associés au tabagisme occasionnel et un désir d'arrêter de fumer, les systèmes électroniques de délivrance de nicotine (ENDS) peuvent avoir le potentiel de servir comme une aide à l'arrêt une fois les normes applicables aux produits sont développées et l'efficacité est établie par des essais cliniques."

Le reste de l'histoire

Cette étude s’ajoute à la masse croissante de preuves scientifiques que les cigarettes électroniques sont prometteuses comme une stratégie potentiellement efficace pour les fumeurs à arrêter de fumer ou au moins de réduire considérablement la quantité qu'ils fument.

Cette étude confirme que l'écrasante majorité des utilisateurs de cigarettes électroniques utilisent ces produits pour tenter d'arrêter de fumer ou au moins de réduire la quantité qu'ils fument, et de réduire leurs risques pour la santé associés au tabagisme.

Les craintes des groupes anti-tabac que ces produits sont commercialisés et utilisés principalement comme un moyen de contourner les interdictions de fumer et qu'il n'ya pas de véritable intention de se débarrasser des cigarettes ne sont pas supportés par cette recherche.

Les auteurs de l'étude semblent être agréablement surpris par leur conclusion que tant de fumeurs occasionnels utilisent les cigarettes électroniques, ce qui suggère que ces produits aident de nombreuses personnes à sévèrement réduire la quantité qu'ils fument. Ils soutiennent que: «l'utilisation de ENDS peut avoir conduit les fumeurs à réduire leur consommation quotidienne de cigarettes pour devenir fumeurs occasionnels."

Les auteurs affirment également que si les cigarettes électroniques peuvent être montrées dans des études ultérieures de sevrage tabagique sans que l'initiation au tabagisme augmente, ainsi "l'effet net de la santé publique est susceptible d'être positif." 

Cet article fait aussi un point supplémentaire très important. Il affirme que: «Si les autorités de régulation approuvent les revendications directes sur la réduction des méfaits, on pourrait s'attendre à une plus grande adoption de ces produits, au moins chez les fumeurs actuels de cigarettes. "

Traduction de l’article du Dr Siegel (notre mentor) paru le 5 février 2013. 

Convaincu? Vous pouvez maintenant passer en mode e-cigarette en cliquant ici.

 e-liquide ECOpure